La Revue du Poney de Sport
News G.P. Nationaux G.P. Internationaux National Poney Championnats d'Europe Elevage Publications Contacts

GRAND PRIX CSIP de MOORSELE - Belgique
Le 6 avril 2008


Tracé audacieux, côtes sérieuses… voilà ce qui attendait les nombreux cavaliers poneys engagés sur la piste blanche de Moorsele… d'abord bercée par les agréables rayons du soleil printanier, puis rafraîchie de quelques flocons de neige.

Le parcours : Il fallait donc rentrer dans le bain dès le début pour attaquer une ligne brisée en huit foulées oxer - vertical, ligne qui brisa (!) déjà de nombreuses illusions. Tournant en épingle à cheveu pour attaquer le double numéro 3 oxer - une foulée - vertical : là encore que de malheureux, partis s'égarer trop loin pour « soigner » leur tournant, attaquant trop fort leur oxer et fautant inévitablement sur la sortie. Huit foulées encore menaient droit sur un imposant oxer sur bidet. Ceux qui n'aimaient pas l'eau étaient servis avec directement après, piste à main gauche, une délicate ligne rivière (non barrée) - six foulées courtes - palanque. On souffle ? Tournant à droite devant l'entrée et le jury… attention à ne pas débrayer. Oxer jaune, ligne brisée à bâbord en huit (!) foulées, mur sans oreilles, quatre foulées longues, oxer bordeaux. Aller plus qu'une ligne. Passage devant la tribune à main droite pour attaquer le triple : vertical - une foulée - oxer - deux foulées - vertical, cinq foulées droites sur l'oxer 11, et enfin, en ligne brisée à tribord : une dernière « petite » palanque !

Un menu appétissant mais visiblement difficile à avaler. Sur 64 couples au départ… seuls deux réussiront à ne pas fauter ! Après eux, seulement onze parcours avec une faute dont deux avec du temps… six parcours à huit points… soit moins de un tiers de l'épreuve à moins de huit points.

Les classés :

Premier couple sans pénalité, il s'agit du dossard 22, alias Alexandra Wärnelius et SUNRISE, pour la Suède. Aucune barre ne tombe malgré une touchette sur la palanque numéro 6. Une cavalière qui monte avec la hargne, au détriment peut-être de l'élégance, ne laissant pas d'autre option à sa monture que de filer droit.
Une palanque numéro 6 qui a bien failli être fatale également au second couple qualifié pour le barrage : les Français Thomas Jussiaux et INTERMEDE A BORD ! Et oui car après sa rivière, Thomas ne semblait pas s'attendre à une si bonne réponse de son étalon à sa reprise… et arriva donc en panne au pied de la dite palanque, franchie presque de pied ferme. Une petite touchette sur la sortie de triple, mais le reste du parcours est impeccable : la grande classe à la Jussiaux !

Derrière les deux barragistes, le quatre points le plus rapide revient à Camille Delaveau / LEA DU GENIER, réalisant ainsi un superbe doublé français. Passé en début d'épreuve, le couple signe un joli parcours, très piloté entre bon train et fortes reprises.

A la quatrième place, le Danemark s'invite en la personne de Julie Meiland Hansen avec MANLY SE. Tour très propre mais sans brillant… et surtout une malheureuse barre sur le premier obstacle, comme bon nombre de petits copains.
La Suède, très en forme, place Nicole Holmen (GOLDEN STAR) et Josephine Werne (CLASSIC WAYS) aux 5ème et 6ème places. Pour Nicole et GOLDEN STAR, le contrôle n'est pas tout à fait de mise : en roue libre, c'est presque un tour avec une foulée de moins dans chaque ligne. La faute est commise sur l'oxer numéro 7, mais la palanque finale a elle aussi eu chaud.
Pour Joséphine et CLASSIC WAYS, en revanche, c'est beaucoup plus au point. Fort de sa victoire dans le Grand Prix indoor de Neeroeteren en novembre dernier, le couple gagne en maturité et signe un très beau tour, dans le train mais propre. Une petite faute en entrée de double n'enlève rien aux superbes réflexes du petit alezan brûlé sous la selle de sa nouvelle cavalière.
A la septième place, un autre couple très prometteur, lui aussi bien placé lors du concours de Neeroeteren : Marine Scauflaire et JACK DE LA BRIDE (Belgique). Souplesse, bonne bascule et moyens sont à mettre à l'actif de cet entier Poney Français de Selle par MARCO DE TYV et CETHIM (AA). Une petite barre est poussée en milieu de triple, après un virage un peu difficile.

Sa compatriote Chloé Stampaert et le bouillonnant HAZARD prennent la neuvième place avec un chronomètre bien plus lent, dû à une petite galopade. C'est la rivière, très fautive tout au long de l'épreuve, qui privera le couple de barrage, à l'instar de Isabelle Bengtsson (SWE) et ELVIRA, 10èmes.
Faisant une apparition de temps en temps, le grand AROLDO effectue un tour sans histoire sous la selle de Roberta Roe (GBR) et s'intercale à la huitième place.

Les coups de coeur :

Certains ont été moins chanceux côté classement mais ont montré de réelles aptitudes sur un tour de ce niveau. C'est le cas pour commencer du couple belge Manon Angonese / ULYSSE DU MARON : ici en difficultés sur les combinaisons (faute en entrée de double et sur les deux premiers éléments), le poney montre beaucoup de souplesse et a du reste très bien sauté.
12 points (2, rivière, 11) c'est aussi le score de MISSISSIPPI et Jef Wellens, qui avaient pourtant bien fait dans les deux premières grosses du week-end et que l'on ne manquera sans doute pas de revoir très bientôt en pleine forme.

Bête faute sur le 1, ainsi que sur la rivière, ou comment passer à côté de son tour, c'est le scénario appliqué par la Hollandaise Kirsten Rikkert sur le toujours très bon ROMANTICO RAG (8 points).

Les tricolores :

Côté Equipe de France, outre le podium, on retrouve à la 16ème place Tessa Guérin et KADIMA STATINA. Petite touchette sur le 2, ça tient, Tessa et KADIMA négocient à merveille la ligne rivière - palanque : juste ce qui fait de train et de reprise. L'abord de l'oxer 7 est moins bien géré, d'où une barre, avant de pousser une brique du mur… qui reste en équilibre. On croit que le score en restera là, mais non, Tessa est un peu pressée de terminer et couche sa ponette sur la palanque finale : dommage !

Deux places plus loin, Axel Le Diberder effectuait son premier Grand-Prix international hors de ses frontières. Après un début de week-end bien garni (2ème puis 1er des deux 1.25m poneys) avec HELEN DU CLOS, on attendait évidemment ce couple plus qu'un autre. Tendu sans doute, déjà une touche sur l'entrée de double, certes difficile, mais non, un postérieur patine sur l'oxer 4 et s'en est fini du rêve du triplé. Déconcentration, Axel écope d'un stop sur la palanque 6, avant de reprendre les choses en main et de terminer avec ses 8 points.
Fautes sur la rivière, l'oxer 7 et le 9, 12 points est cependant un honnête résultat pour Elise Aaserud et JENNY DES OUCHES sur un tour de ce niveau, qui auront su éviter les difficultés les plus fautives.
Pour Eva Tournaire et IJINEK AR CRANO, grosse déception tout comme son compagnon d'écurie Axel : stop sur le 1 ! Surprise, Eva s'agite un peu… faute sur la rivière… puis malgré une bonne remise en place, encore deux fautes en fin de tour.

20 points… c'est le score de deux couples tricolores : Baptiste Lecomte / JIMMERDOR DE FLORYS et Laura Lloret / LAILA DE KERGROIX. Pour le premier, des abords un peu brouillons sont peut-être à mettre en cause pour les premières fautes (vertical 2 trop près, bidet), tandis que les trois autres s'accumulent en toute fin de tour (10c, 11, 12).
Quant au second, une faute sur le 3a, grosse incompréhension sur le 7… deux fautes dans le triple… le couple n'était manifestement pas au diapason.
Enfin, pour Haelwenn Sebille-Kernaudour, très en forme avec le petit HAPPY DU HALAGE (Jablines, victoire et classement sur les deux premières épreuves 1.25m de Moorsele), mis à part l'abord de la rivière, tout va bien jusqu'au 9, sur lequel HAPPY cale un peu. Ne repartant pas bien, le poney faute en milieu de triple… avant de s'arrêter sur le 11, faisant tomber sa cavalière.

Les étalons :

Pour finir… passons côté étalons. Le fils sBs de FIDJI DU FLEURY, POSSEIDON DU MOULIGNEAU, faisait sa première apparition sous couleurs britanniques en compagnie de Spencer Roe. Deux fautes seront commises (rivière et milieu de triple) au fil d'un honorable parcours effectué dans un mono-galop de travail… qui associé à une grosse embouchure laisse supposer que le pilotage en vitesse supérieure n'est pas aisée.

Deux fautes également pour le toujours plaisant fils de KANTJE'S RONALDO, ANYDALE RON, passé sous couleurs danoises. Aux rênes de Shannon Meinert Ketterle, il met les pieds dans l'eau et se laisse piéger en milieu de triple, les combinaisons n'ayant jamais été son fort.

Très attendu également, première participation en Grand Prix CSIP du Connemara IDEFIX DU VILLON (QUIGNON DU PARC) en compagnie de Basile Bettendorf, le petit frère de Charlotte et Victor. Quatre fautes : le 1, la rivière, l'entrée de triple et le 11, pour un poney styliste, avec une excellente bascule, mais qui visiblement ne répond pas encore au quart de poil aux demandes de son cavalier.

Le barrage :

Le barrage, couru sur les obstacles 2, 3a - 3b, 4, 1, 9, 10c, fut donc vite décousu. Première à s'élancer, Alexandra essaye d'avancer un peu, mais faute sur le 1, en 37"99. Thomas choisi donc d'assurer… jusqu'au 1, tout va bien… plus que deux obstacles pour gagner. Boulevard pour aller sur le 9, foulée pas idéale : une barre ! Thomas dépêche son INTERMEDE vers le dernier obstacle mais c'est déjà trop tard : 4 points en 43"94, pour une néanmoins très belle deuxième place.

Maud Le Bel

 

Classement du Grand Prix CSIP (64 partants) :

1. SWE Alexandra Warnelius / SUNRISE 0 77"59 4 37"99 , 2. FRA Thomas Jussiaux / INTERMEDE A BORD 0 83"00 4 43"94 , 3. FRA Camille Delaveau / LEA DU GENIER 4 74"02 , 4. DEN Julie Meiland Hansen / MANLY SE 4 74"29 , 5. SWE Nicole Holmen / GOLDEN STAR 4 74"58 , 6. SWE Josephine Werne / CLASSIC WAYS 4 75"09 , 7. BEL Marine Scauflaire / JACK DE LA BRIDE 4 75"25 , 8. GBR Roberta Roe / AROLDO 4 76"08 , 9. BEL Chloé Stampaert / HAZARD 4 79"35 , 10. SWE Isabelle Bengtsson / ELVIRA 4 80"12 , 16. FRA Tessa Guérin / KADIMA STATINA 8 79"40 , 18. FRA Axel Le Diberder / HELEN DU CLOS 8 82"03

 

Interview de Pascal Henry, entraîneur national

La Revue du Poney de Sport : Il y a un an, vous vouliez créer une esprit équipe de France. On arrive ici, on les voit tous ensemble, on dirait que c'est réussi ?

Pascal Henry : «  Je pense aussi. On a beaucoup œuvré à ça l'année dernière, et c'est vrai que le groupe qui était ici est resté très solidaire, très équipe de France. Le résultat est là, car le premier jour dans la grosse poney on est 1er et 2ème, le deuxième jour toujours dans la grosse poney on est 1er, 2ème, 4ème et 6ème, et là on est 2ème et 3ème du Grand-Prix… et je pense que l'état d'esprit y est pour quelque chose, au-delà de la technique.  »

LRPS : Par rapport à l'année dernière, vous évoluez plus à l'étranger, ce que vous aviez d'ailleurs planifié l'an passé…

PH : «  L'année dernière, il fallait déjà que je fasse un état des lieux. Je suis donc resté en France pour mesurer le système français - que je connaissais très peu - et faire une revue des troupes chez nous, s'entraîner chez nous. Au bout d'un an, j'ai dit qu'on irait plus à l'étranger, parce qu'on serait prêt. On a déjà fait un concours international à Cinzano, où j'ai Camille Pailhus qui est 2ème du Grand-Prix et Robin Muhr qui est 6ème du Grand-Prix. Et là pour notre deuxième sortie, on est 2ème et 3ème du Grand-Prix, donc effectivement, ça va pas mal.  »

LRPS : Ici c'était un beau Grand-Prix, avec de belles côtes, c'était un tracé recherché. Etiez-vous content de l'épreuve proposée ?

PH : «  J'ai félicité le chef de piste, parce que je trouve qu'il était très bien. On avait la refonte du règlement poney en France, où le Grand-Prix se court à présent sur des côtes à 1,30m et non plus sur 1,25m comme l'année passée. Je suis content car quand je vois comme ici, des côtes qui sont entre 1,30m et 1,35m, je pense qu'effectivement en national il faut les mettre sur le 1,30m, pour qu'à l'étranger, ils soient à l'aise sur ces hauteurs.  »

LRPS : Au niveau des sélections, vous faites des sélections assez larges, pour donner un peu la chance à tout le monde ?

PH : « Oui justement, voilà. Encore une fois, après un an d'étude des poneys, je suis parti sur le raisonnement suivant : puisque l'international ouvre les portes à 12 ans et les ferme à 16 ans, j'ai raisonné sur deux tranches d'âge, les 12-14 d'un côté et les 14-16 de l'autre. Et j'ai ouvert les portes aux 12-14, et laissé les portes ouvertes aux 14-16. J'ai ainsi deux générations, que je veux conserver ensemble, parce que les petits jeunes ont gagné les épreuves des deux premiers jours, et les « vieux » ont assuré le coup dans le Grand-Prix. Et je suis très content de ça ! »

LRPS : Et quand on voit justement Axel Le Diberder et Helen du Clos qui ont tout gagné jusqu'à présent, et qui ici ont un peu moins bien fait dans le Grand-Prix… comment est-ce que vous aller gérer un couple avec autant de succès en début de saison, pour arriver jusqu'aux Championnats d'Europe ?

PH : «  Je ne sais d'abord pas s'il va aller aux Championnats d'Europe, premièrement. Deuxièmement Axel faisait son premier Grand-Prix international à l'étranger et je pense que ça y fait pour beaucoup ; ce n'est pas de la technique, c'est simplement de l'appréhension et de la crainte qui le font monter moins serein. Et justement il faut qu'il continue à apprendre dans les épreuves et prendre en expérience. Alors les Europes seraient à voir.  »

LRPS : Comment allez-vous gérer ces couples sur la saison ? Est-ce que certains poneys ne risquent pas d'être fatigués en arrivant aux Europes ?

PH : «  La mission c'est de démarrer les internationaux, de faire Fontainebleau qui est dans quinze jours. Donc les poneys vont arrêter de courir là pendant une semaine, pour certains d'entre eux, je vais les retrouver en stage à Lamotte-Beuvron, simplement pour entretenir l'esprit d'équipe, pour retravailler les petites bases simples. Après on aura Fontainebleau avec le CSIO qui est quand même un gros morceau pour la France, car Fontainebleau c'est quand même en France et j'aimerais bien qu'on fasse une performance ! C'est le premier cap. Ensuite je vais certainement ralentir un petit peu pour préparer le CSIO de Moorsele - c'est pour ce concours qu'on est venu ici ce week-end - puis il y a Wierden (en Hollande) début juin et Aach (en Allemagne) fin juin. Voilà le planning. Je pense que les enfants ont besoin de faire de la compet', après c'est vrai qu'il faut gérer entre le pas assez et le trop, mais juste ce qu'il faut… et je pense que pendant ce temps, personne n'est dans le rouge. Fontainebleau servira un peu à faire le dispatching pour gérer la fin de saison. »