La Revue du Poney de Sport
News G.P. Nationaux G.P. Internationaux National Poney Championnats d'Europe Elevage Publications Contacts

CSIOP / CSIP FONTAINEBLEAU - FRANCE
"Bonneau International Poney" septième édition
Du 13 au 15 avril 2007 - Volet 4


Les petits portraits et petites interviews

Jessica Burke, l'étoile filante irlandaise

Côté compétition, s'il fallait n'en retenir qu'une, elle serait rousse, un peu timide, vêtue d'une veste verte, la visière toujours soigneusement descendue devant les yeux. Elle, c'est Jessica Burke. Jeune Irlandaise de 15 ans, elle a pourtant déjà un certain palmarès à son actif : 10ème ex-aequo en individuel aux Championnats d'Europe de Pratoni del Vivaro en 2005 et médaille de bronze par équipe avec BEAN ALAINING, vainqueur de la Coupe des Nations de Fontainebleau l'an passé en selle sur CLAREMOUNT SAM …

Dans un style bien à elle, aussi efficace que rapide, elle ajoute ici une ligne majeure à son tableau de chasse en remportant le Grand Prix CSIOP, à la barbe de son compatriote Paddy McDonagh associé à BERTHAS CLOVER. Les deux Irlandais, seuls sans-faute à l'issue d'une épreuve bien plus technique que haute, ont fini au coude à coude avec deux nouveaux tours impeccables et seulement une trentaine de centièmes de seconde de différence à l'issue du barrage sur leur grand Parquet : « un moment merveilleux, incroyable ». Fontainebleau est en effet incontestablement le terrain favori des Irlandais… à tel point que cette année le chef d'équipe s'est vu contraint d'effectuer une sélection parmi les nombreuses demandes de participation. La ponette de Jessica, BEAN ALAINING aime également particulièrement fouler cette pelouse, puisqu'elle a déjà « remporté une épreuve CSIOP ici l'an dernier ».

Une aisance qui se confirme le dimanche puisque le couple s'offre l'unique double sans-faute de la Coupe des Nations et finissent 3èmes avec leur équipe. Avec juste un point de pénalité de temps sur le gros tour du vendredi, elles n'auront en fait tout simplement pas fait la moindre faute aux obstacles de tout le week-end : chapeau bas ! Jessica, qui monte à poney depuis l'âge de six ans, apprécie le travail sur le long terme. Ainsi elle profitait des épreuves jeunes poneys pour présenter EUROPEAN CLOVER (WHITE CLOVER), un 6 ans qu'elle a depuis son débourrage… et une fois de plus le résultat est au rendez-vous : victoire dans la finale dominicale.

 

Charlotte Nuber, l'émotion d'une victoire inattendue

Sur une soixantaine de partants, seules deux Suissesses se retrouvent au barrage. Amandine Berger (SULTAN B) écopant de trois barres, Charlotte Nuber, 16 ans et deux ans et demi de vie commune avec ILTON DE LA TOUR (TITAN DU MOUGARD), n'a plus qu'à assurer et l'emporte. « La plus grosse difficulté, c'était l'enchaînement triple barre et double, en sept foulées un peu courtes. Les chevaux regardaient beaucoup l'entrée du double avec le bidet. Sinon la pression au barrage était difficile à gérer, j'étais stressée, c'est pour ça que je suis venue un peu trop dans le pied sur le dernier et il m'a fait la barre. » Le couple continuera sa saison à Marsens puis à Reims, mais sans espérer une place pour l'échéance européenne : « Le poney est assez irrégulier et les premiers concours que j'ai faits cette année, ça ne c'est pas du tout bien passé, donc cette victoire aujourd'hui, pour mon premier gros Grand Prix international, c'est vraiment une surprise. » Une émotion d'autant plus intense qu'ILTON remportait la finale du cycle classique des poneys de 6 ans sur ce même terrain cinq ans plus tôt.

 

André Bonneau, des idées plein la tête !

André ne cache pas son nouveau grand projet : « En 2010 ça sera les 10 ans du BIP, c'est un bel anniversaire pour lui offrir les Championnats d'Europe. Je me sens capable, mais je ne veux pas le faire avant parce que je veux bien le préparer ; il faut absolument obtenir des accords financiers, ainsi que l'aval des élus locaux et du Conseil Général. Et d'autre part, je voudrais pendant ces Championnats d'Europe arriver à organiser la grande semaine du Poney. C'est-à-dire proposer une vitrine de l'élevage français poney en créant des épreuves où l'on présentera les meilleurs sujets de chaque classe d'âge. La sélection des sujets sera confiée aux associations nationales de chaque race. Eventuellement, on pourrait organiser une vente de poneys de trois ans... »

Le circuit DIP réservé aux jeunes poneys de 6 et 7 ans est le deuxième projet qui lui tient à cœur : « je suis content que les chefs de piste aient pris cette cause au sérieux, en construisant des tours adaptés dans les hauteurs et les difficultés, c'est très formateur. » En association avec la SHF et la FEI, l'association DIP permettra de mettre sur pied un challenge au niveau européen, l'uniformité de la qualité des épreuves organisées au sein des différents CSIP et CSIOP étant garantie par le label DIP.

 

A côté de cela, son sentiment sur l'édition 2007 du BIP est très positif : « je crois que c'est le plus beau qu'on ait fait, tout le monde est content. Ce qui a fait plaisir aux étrangers cette année, c'est que je leur propose le petit Parquet. C'est très éducatif, ils ont fait tous les terrains. » Malgré tout, un changement de programme interviendra dès l'année prochaine : « on va faire les deux Grands Prix le dimanche, parce que les gens font des kilomètres pour rentrer. On fera donc la Coupe le samedi. De plus le Grand Prix CSIOP est toujours plus difficile que la Coupe des Nations, alors c'est logique de commencer par la Coupe des Nations, qui est moins grosse, et finir par le Grand Prix. A ce moment-là, la Coupe se courerait le samedi à quatre pour le classement par équipe, avec un cinquième uniquement pour le classement en individuel. »

Quant à l'éternelle question de la taille des poneys, André est « complètement adhérant au toisage systématique, parce qu'il faut rester dans le poney. On a vu des choses qui ne sont pas normales, pour lesquelles des sanctions s'imposent. Je souhaite justement que la FEI profite du nouveau circuit des 6 et 7 ans » pour prendre le problème à sa racine. « Ces poneys-là on les toise, ce sont les futurs poneys de demain, et on les élimine les trop grands tout de suite. Il faut rester dans les règles : c'est ma devise. »

 

Pascal Henry, la France dans l'ombre des grandes nations européennes

Dans la Coupe des Nations, la France n'aura pas réussi à suivre le rythme : « Après la première manche nous étions à égalité de points avec trois autres nations, j'y croyais à fond. Et puis on termine 5èmes, à 4 points du podium, ce n'est pas loin. » Alors que les voisins font globalement mieux au deuxième tour « CHAVETA et ELMARA ont fait quatre points de plus qu'à la première manche, DAHLA et JIMMERDOR ont été égaux. » Cependant, « pour une première fois, les enfants étaient à fond, je suis ravi de leur comportement », confie Pascal Henry, entraîneur national, « c'était un grand moment d'émotion. » L'enchaînement rivière – vertical a engendré 32 points de pénalité aux troupes tricolores, mais « malheureusement il n'y a pas de rivière sur les terrains où courent les enfants, c'est à revoir dans le cahier des charges des Grand Prix français ». Du travail en vue donc pour les sept-huit cavaliers de la long-list, avant d'aller à nouveau se frotter à la crème européenne : « on a choisi de rester en France en allant au Haras de Bory au mois de mai, et non à Moorsele, car les dates se superposent et j'ai besoin de m'entraîner encore avant d'être compétitif. La prochaine confrontation aura donc lieu à Aach, en Allemagne. »

Maud Le Bel

Retour au Volet 1 Retour au Volet 2 Retour au Volet 3