La Revue du Poney de Sport
News G.P. Nationaux G.P. Internationaux National Poney Championnats d'Europe Elevage Publications Contacts

19 août 2007
Potin paddock poney


LE CHARISMATIQUE LINARO

Le célèbre Poney de Selle allemand LINARO est décédé de coliques le 19 août dernier, à l'âge de 22 ans. Grosse perte pour le Syndicat qui porte son nom et pour les éleveurs qui lui faisaient confiance… Retour sur l'épopée Linaro : de sa vie de compétiteur de haut niveau, à celle d'étalon « populaire ».

Linaro le crack

LINARO était avant tout une vedette des terrains de concours. Après avoir remporté la victoire dans le Championnat des 6 ans à Munich et au vu de son génie sur les barres, l'étalon continua sa carrière sportive dans la perspective logique du haut niveau.

Le but est atteint au début des années 90 : nombreux classements en internationaux (second du CSIOP de Donaueschingen et vainqueur de la Coupe des Nations en 1992 puis en 1993, 2ème du CSIOP de Berne etc…) qui lui vaut 3 sélections pour les Championnats d'Europe dont deux 5ème places individuelles en 1994 et 1996 avec ses cavaliers Sebastian et Christoph Rohde. « Linaro était un compétiteur extraordinaire, rapide, joueur, fort, et pétri de moyens et de respect. Sa présence sur les terrains était inégalable, peut-être supérieure à celle de Dexter. Il en imposait et faisait beaucoup parler ! » , commente Jean-Marc Lefevre, gérant du Syndicat Linaro.

Un grand performeur international, voilà la raison de son achat par le Syndicat qui porte son nom.

La Revue du Poney de Sport : « Linaro a été l'un des tous premiers étalons à représenter votre syndicat. Pourquoi l'avoir choisi ? »

Jean-Marc Lefevre : « En 1998, Guillaume Levesque m'a indiqué que Linaro, qui semblait ne pas pouvoir repartir en compétition de manière convaincante après son claquage de Barthahus, pouvait être à vendre. Devant mon intérêt, il en a même négocié le prix comme étalon pour la France : 300 000 Francs. J'ai proposé au directeur des Haras de Saint-Lô de l'acheter.  Mais le prix était énorme à cette époque, alors que les étalons poneys étaient payés 120 000 F pour les meilleurs et 60 000 F pour la moyenne.

Alors je suis allé voir le directeur de la DRAF de Normandie avec qui je montais les projets pour la Fédération des poneys de Normandie (FPN) . Il n'a pas pu m'aider pour acheter l'étalon au titre de la FPN mais j'ai réussi à avoir une aide sur la base d'un FNADT en montant un projet qui portait sur l'emploi régional, en insistant sur le principe que cela allait faire de l'emploi à divers niveaux, bénéfiques au développement régional, que cela allait aussi améliorer la génétique régionale...etc. On a alors obtenu une subvention de 95 000 F. Et puis une petite aide du Conseil Général de l'Orne aussi : soit 20 000 F : total 115 000 F. La région Basse Normandie nous a dit "non, ce n'est pas notre rôle. Si on finance un étalon poney, on va nous demander un trotteur américain, un cheval de selle hollandais". Ils ne nous ont donc pas aidé alors que ça n'a rien à voir, le poney était alors le vecteur pauvre de la filière, par rapport au cheval, qu'il aurait fallu aider ponctuellement. Les départements de la Manche et du Calvados, m'ont tout de suite refusé toute aide.

Concrètement, le directeur de la DRAF de Basse Normandie, m'avait dit "groupez-vous, faites un syndicat de 5, 6 éleveurs et nous on va vous aider à notre façon..."  C'est l'élément déterminant qui a permis de démarrer le processus et indirectement, c'est le fondement du Syndicat Linaro. On a donc rapidement constitué le syndicat Linaro en 1999 avec 5 éleveurs dont 3 directement impliqués dans la Fédération des Poneys de Normandie : la secrétaire, le trésorier, moi-même (le président), et puis 2 autres personnes de l'extérieur à l'époque qui n'avaient rien à voir avec la FPN.

On a alors acheté Linaro - sous réserve de son approbation par les PFS. Mais sous l'influence de l'AFPES (Association Française du Poney Européen de Sport), l'ANPFS a sorti un règlement d'approbation automatique pour les grands performers et Linaro a donc été exempté de présentation dev ant la Commission. Ainsi, nous avons donc acquis Linaro parce que c'était un des plus grands performers internationaux, très célèbre, très envié pour son coup de saut formidable et sa présence et qu'il était à vendre ! C'était le premier étalon Poney de Selle Allemand à venir en France : c'était magique à l'époque ».

L'étalon qui plait aux éleveurs

Né chez Manfred Hansen en 1985, LINARO a tout d'abord un papier très intéressant :

Son père LOMBARD (Welsh B X Hanovrienne) était reconnu en Allemagne pour les qualités qu'il léguait à ses produits. Il est également présent dans les origines de plusieurs poulinières comme BETTINA, mère de l'international ARON N ou encore MELISSA, grand mère de l'exceptionnel dresseur MANITU N. Sa mère est la très arabisée KASZTANKA, qui a produit également BELLEFLEUR, propre sœur de LINARO, comptant 2 Championnats d'Europe.

Son succès auprès des éleveurs français ne s'est pas fait attendre. De 45 saillies à son arrivée en 1999, au double trois ans plus tard, ses dernières saisons de monte étaient, de plus, assez incroyables comme nous le montre le tableau ci-dessous.

Nombre de saillies/année depuis son arrivée en France (Source : SL)

Années

Nombres de saillies

1999

45 (privé)

2000

49 (privé)

2001

73 (privé)

2002

87 (HN)

2003

144 (HN)

2004

130 (HN)

2005

174 (HN)

2006

138 (HN)

2007

151 (HN) au 30/08/2007

Sa production

Nombreux sont ses produits à avoir trusté les places d'honneurs des épreuves d'élevage. Nous pouvons citer quelques exemples parmi lesquels :

MELVIN CANDY, étalon, champion de France des mâles PFS de 3 ans ; MITCHOU DOMAIN, étalon, champion de France des mâles PFS de 2 ans ; MIRACLE A MAHOUD, étalon agréé en Belgique ; NAJISCO D'HARYNS, étalon, champion suprême des Français de Selle en 2004 ; NOIR SUR BLANC MAHOUD, étalon agréé ; NAGARO D'ALGARAD, étalon agréé ; OPERA DU BONTEMPS, champion des 2 ans mâles de France Dressage ; ONLY DU ROC, vice-championne des femelles PFS de 3 ans ; OPPLALA ST HYMER, étalon agréé ; OPALE DE L'AUMONT, championne des 3 ans D montés inter-races ; PAWNEE (photo), étalon, 3ème du championnat de France des mâles PFS de 3 ans ; PIN UP DE BLONDE, championne des femelles PFS de 2 ans et championne suprême de la race en 2005, championne des poulinières suitées et championne des 3 ans D montés inter-races en 2006 ; POMONE D'AVANCON, 3ème des 3 ans D montés inter-races ; PEPITE DES CHARMES, championne de France des foals femelles PFS ; PRALINE DES ETISSES, 3ème du championnat des femelles PFS de 3 ans ; QUILEBO D'ANGRIE, 3ème du championnat des mâles PFS de 2 ans ; QUATIMINI DE GARANT, vice-champion des foals mâles de France Dressage ; SIRENE DE CHAMBORD, championne des foals femelles PFS ; SCHOU BERT VICTIS, vice-champion des foals mâles PFS...

Très remarquée en compétition, sa production ne laisse pas indifférente. De sa première génération, les « M » (7 ans), 4 poneys tournent actuellement sur le circuit Grand Prix, dont un, MIRANO DES ETISSES (photo), ayant représenté la France au Championnat d'Europe dressage cette année. De plus, beaucoup de Linaro sont présents lors des finales jeunes poneys des deux disciplines.

Entameront-ils une grande carrière sportive comme leur père ? «  Seul l'avenir nous dira si c'est un père de top niveau pour le CSO » souligne Monsieur Lefevre. En tous les cas, Linaro est «  un reproducteur qui a dépassé toutes les espérances. En plus de son espèce, de sa locomotion et de son coup de saut, il a transmis de l'épaisseur et de l'os. C'est un des meilleurs pères actuels en France ». Extrait de sa production indicée :

MIRANO DES ETISSES, participation au Championnat d'Europe dressage à Freudenberg (07), IDR 120 (06) et IPD 144 (05) sous la selle d'Hélène Legallais ; MELVIN CANDY (photo), étalon, classé en Grands Prix CSO nationaux et internationaux, IPO 146 (06) sous la selle de Morgane de Chastenet ; MOONLIGHT BERENGER (ci-dessous), étalon, classé en Grands Prix, IPO 148 (06), Champion de France D1 Elite, sous la selle de Yann Chartier Capitaine ; MON LINARO DE FLORYS, étalon, classé en D1P CSO ; MISTRAL DU ROC, IPO 129 (04) ; MODEM AR MEZ, IPO 125 (04) ;
MIKADO D'HURL'VENT, IPO 128 (06) ; MISTIGRI MAHOUD, IPO 138 (05) ; MOUNE STAR DU MILON, IPO 135 (06) ; MAGICNIGHT VAUBADON, ISO 118 (04) ; MALAMOK DE KERSIDAL, classé en D1P CSO ; MISTRAL DU ROC, IPO 140 (06) ; MILADY DU MARAIS, championne des 5 ans D CSO, IPO 122 (05) ; NEVADA DES ETISSES, classé Elite des 4 ans D CSO, IPO 127 (05) ; NITZPOGNE, IPC 125 (06) ; NOBELIA DE GUERMANTES, Elite des 4 ans D CSO, IPO 129 (06) ;
NIKI DE MONTMAIN, classé Excellent des 5 ans D (06) ; NUTS DES GRAVES, IPO 126 (06) ISO 116 (06) ; NOIR SUR BLANC MAHOUD (photo), étalon, classé en D1P CSO ; NARONE DE FLORYS, IPO 133 (06) ; NEL SON VICTIS, vice-champion des 5 ans dress, IPO 126 (05) IPD 123 (05) ; NIJADELL DE KERSIDAL, IPC 122 (06) ;
NAJISCO D'HARYNS (photo), étalon, IPO 119 (05) ISO 114 (06) ; NAGARO D'ALGARAD, agréé étalon, classé Elite des 5 ans D (06) ; ONLY DU ROC, vice-championne finale cycle classique des 4 ans D, IPO 130 (06) ; OWN LINARO D'ARBY, 2ème petite finale CL 4 ans à Fontainebleau, ISO 122 ; OPALE DE L'AUMONT, IPO 128 (06) ; ORACLE MAHOUD, IPO 123 (06) ; OSE PHINE VICTIS, vice-championne des 4 ans en dressage, IPD 135 (06)...

A la question, Linaro a t'il marqué l'élevage français, Jean-Marc Lefevre répond indubitablement « Evidemment ! Il marque fort ses produits qui occupent les têtes de tous les concours d'élevage, autant chez les mâles que chez les femelles. Il est très facile à croiser - c'est aussi la raison de son succès et des résultats de la production - mais il convient cependant mieux aux juments plutôt dans le sang et étendues ».

Alors Linaro, futur chef de race ? « Il l'est déjà, en toute objectivité. Car aucun autre étalon, de quelque race que ce soit d'ailleurs, n'a jamais sailli autant en France...tout en transmettant de telles qualités et caractéristiques ».

Linaro, base d'un certain changement dans les mentalités ? « Il aura incontestablement marqué un tournant dans l'élevage du PFS et dans l'élevage du poney de sport français en général. C'est une grande perte pour l'élevage français car Linaro aurait pu saillir en frais encore au moins 4 années de monte voire beaucoup plus dans le meilleur des cas. Mes associés ont, avec moi, été vraiment très atteints par sa disparition ».

Pauline Bernuchon